Révolutionnaires !

NPA haute vallée de l'Aude

Archive pour la catégorie 'Services publics'

Gardarem lo tren !

Posté : 19 décembre, 2014 @ 8:47 dans Services publics | Pas de commentaires »

Contre la fermeture du guichet de la gare de Quillan…

la mobilisation continue !!

DSC_0345 

La manifestation du 15 novembre dernier à Quillan, à l’appel du syndicat CGT des Cheminots, fut une réussite où près de 200 personnes se sont rassemblées pour s’opposer à la fermeture du guichet de la gare de Quillan. La mobilisation continue !!

 

L’Association du maintien de la Ligne Ferroviaire Carcassonne-Quillan (ALF) vous invite à participer à un rassemblement

Ce Dimanche 21 décembre 2014, 14h30 devant la Gare de Quillan

Sauvons la gare de Quillan !

Posté : 12 novembre, 2014 @ 7:31 dans Services publics | Pas de commentaires »

 

les-syndicats-esperent-que-le-point-de-vente-ne-sera-pas_474501_516x343

La mobilisation s’amplifie contre la fermeture de la gare de Quillan.

Rassemblement samedi 15 novembre à 11 heures devant la gare.

La photo illustrant cet article est tirée de l’Indépendant

La gare de Quillan ne doit pas fermer. Cette exigence, portée par la CGT qui appelle à un rassemblement ce samedi 15 novembre à 11 heures devant la gare, ainsi que par l’ALF, l’association de défense de la ligne ferroviaire Carcassonne – Quillan, rencontre un large écho dans la population ; en témoignent les 5.000 silgnatures recueillies sur la pétition de l’ALF comme les réactions recueillies par les militants syndicaux et associatifs lors des diffusions de tracts. Il faut dire que les articles publiés par la Dépêche et par l’Indépendant (auquel nous empruntons une photo de la conférence de presse à l’UL CGT) ont bien relayé ‘information.

Pas question de laisser faire ; la Haute Vallée a déjà payé un trop lourd tribut à la casse industrielle comme à celle des services publics. C’est pourquoi la résignation n’est pas de mise, une forte mobilisation samedi matin ne suffira sans doute pas mais permettra d’impulser d’autres actions pour éviter l’irréparable, la fermeture du guichet n’étant, comme nous le savons tous, qu’une étape vers la suppression de la ligne.

A juste titre le tract du syndicat des cheminots et de l’union départementale CGT ne se contente pas de défendre l’existant ; améliorer et reconquérir des services publics de proximité déjà bien dégradés est la condition de leur maintien. On constate en effet que les décisions de fermeture, qu’il s’agisse de gares ou de bureaux de postes, sont toujours précédés d’un véritable sabotage ; on réduit les heures d’ouverture au public puis on constate qu’il n’y a pas assez d’affluence et on tire prétexte de ce manque de « rentabilité ». Voir les articles déjà publiés sur ce blog au mois de juin.

Ce jeudi 13 novembre les cinq parlementaires audois et le président du conseil général, tous membres du PS, seront reçus au ministère des Transports, accompagnés… des 5.000 pétitions. Ils vont donc défendre des services publics qui sont malmenés par une politique gouvernementale qu’ils soutiennent de leurs votes, entre autre la « réforme » de la SNCF. Un grand écart qui ne les empêche pas de dormir mais qu’importe, avec la vraie droite ou la fausse gauche au pouvoir nous sommes habitués à ce genre de gymnastique. Dans la version optimiste nous dirons que c’est parce qu’ils sentent monter la pression qu’ils interviennent.

Ce n’est pas l’essentiel. Notre objectif est de conserver la gare. Nous y parviendrons si la mobilisation est assez forte, et nous ferons ainsi la preuve qu’il est possible de ne pas subir les décisions négatives qui impactent notre vie quotidienne. Réussir le rassemblement de samedi sera aussi notre contribution locale aux mobilisations unitaires antilibérales du 15 novembre, contre le budget d’austérité qui étouffe les services publics et la protection sociale. Et au delà penser sérieusement à relancer un collectif unitaire de défense des services publics dans la Haute Vallée.

Casse du service public

Posté : 19 septembre, 2014 @ 2:44 dans Services publics | Pas de commentaires »

DSC_0162

Non à la suppression de la gare de Quillan !

 

Car c’est bien de ça qu’il s’agit. La fermeture du guichet, c’est la transformation de la gare de Quillan en gare fantôme sur le modèle des stations de la ligne, excepté pour le moment Limoux, en attendant peut-être la suppression de la liaison ferroviaire.

Le 23 juin dernier, nous écrivions sur ce blog : Samedi matin, il y a marché à Quillan juste devant la gare. Ce pourrait être l’occasion pour celles et ceux qui viennent des communes voisines pour s’approvisionner de préparer leur prochain déplacement en train. Et bien non, la gare est fermée le samedi, le dimanche et les jours fériés. Les horaires d’ouverture sont peu pratiques pour celles et ceux qui travaillent et il n’y a pas de distributeur de billets. Ce n’est guère plus brillant à Limoux, l’autre gare de la ligne avec Quillan et bien sûr Carcassonne à ne pas être désaffectée. Les autres sont de simples arrêts, sans agents SNCF, sans même une signalisation permettant d’annoncer le retard ou l’annulation d’un TER.

Le NPA reprenait ces critiques dans un tract diffusé en juillet en s’interrogeant sur l’avenir de la gare. C’était hélas prémonitoire, et nous pouvons faire la relation avec ce que nous disions le 10 juin, toujours sur ce blog (les articles sont consultables) : Il y a aussi une claire volonté de développer les achats de billets en ligne, dans la droite ligne de ce qui s’est passé avec les TGV, avec à la clé de nouvelles suppressions d’emplois dans les gares, des plages horaires rétrécies pour les ouvertures de guichet, un service toujours moindre pour les usagers.

La casse programmée du service public commence par la dégradation du service rendu aux usagers pour inciter ces derniers à s’en détourner et à chercher d’autres solutions. Des plages d’ouverture insuffisantes poussent à prendre les billets sur internet, d’où une baisse des achats en gare qui va justifier en retour la fermeture des guichets. Ne faut-il pas interpréter de la même manière la substitution fréquente de cars aux TER, annoncée au dernier moment, voire pas du tout dans les petites stations ? Ainsi le remplacement du premier train du matin au départ de Quillan prive les usagers qui vont au delà de Carcassonne de la possibilité d’emprunter leur correspondance habituelle vers Narbonne et donc d’y prendre le TGV.

Nul doute que les réactions vont s’amplifier. Il s’agit de construire un ample mouvement pour faire reculer la direction de la SNCF, garder la gare de Quillan et au delà d’exiger que les promesses de modernisation de la ligne soient tenues. Le NPA y prendra naturellement toute sa part.

Généralement les élus de tout bord, même ceux qui ont quelques responsabilités dans les politiques d’austérité qui provoquent la situation actuelle, ceignent leurs écharpes et se montrent dans les manifestations. Ce ne sera sans doute pas le cas du nouveau maire de Quillan qui refuse de s’opposer à la fermeture du guichet au nom des nouveaux moyens modernes de réservation et de paiement ; au moins les choses sont claires.

 

Comme une lettre à la Poste ?

Posté : 14 septembre, 2014 @ 4:52 dans Services publics | Pas de commentaires »

Ri-POSTE

Il faut poster le courrier de plus en plus tôt et il est distribué de plus en plus tard !

 

Même l’Indépendant en a parlé : dans plusieurs petites communes du canton de Limoux le courrier n’arrive plus tous les jours faute d’un nombre suffisant de postiers. « Sur le Limouxin, les facteurs malades, en vacances ou partis à la retraite ne sont plus remplacés » selon Fabrice Roussel, le secrétaire général de la fédération CGT des activités postales et de télécommunications de l’Aude. Les postiers du Limouxin doivent donc effectuer leur tournée plus une partie de celle à découvert qui, dans le jargon de la direction de La Poste est dite « sécable ». Pendant ce temps, les administrés sont de plus en plus nombreux à constater que les boites aux lettres restent vides certains jours. Selon Jules Del-Vals, délégué CGT à Limoux, « Le phénomène est assez régulier. On est à court de personnel, mais, là, certains collègues sont au bout du rouleau. Il manque environ deux postes pour effectuer le travail dans de bonnes conditions et assurer notre mission de service public. Mais on nous parle plus d’en enlever ».

La dégradation du service public postal se traduit aussi par l’avancement de l’heure limite de postage du courrier « pour un départ le jour même« . Comme nous l’avons signalé pour le bureau de poste d’Espéraza les usagers l’apprennent par un petit papier collé sur la boîte aux lettres, couvrant l’horaire précédent. On ne va pas modifier la gravure, ça change souvent et pas dans le bon sens. Rien d’étonnant à ce que le volume de courrier traité soit en baisse, ce n’est pas seulement la faute à internet. La direction de la Poste prépare l’ouverture à la concurrence en laissant se dégrader les activités dites non rentables, comme le courrier en milieu rural, à l’inverse de la mutualisation des coûts qui doit permettre d’assurer le même service public sur l’ensemble du territoire.

On nous a signalé…

Posté : 20 juillet, 2014 @ 5:59 dans Services publics | Pas de commentaires »

article_poste-290x160[1]

 La dégradation tranquille du service public postal par ceux qui sont censés le défendre

Devant le bureau de la Poste d’Esperaza vous pouvez lire sur le panneau indiquant les heures d’ouverture que la dernière levée du courrier en semaine est effectuée à 15 h 30 ; mais cette information est démentie par le petit bout de papier collé sur la boîte à lettre. Ce dernier corrige en effet, c’est avant 15 h 15 qu’il faut déposer le courrier pour un départ le jour même. Un quart d’heure de plus ou de moins, dirons certains, sauf que ces quinze minutes s’ajoutent à celles des modifications précédentes.

Fini l’époque où la secrétaire quittait le bureau un peu avant 17 heures pour poster le courrier de la journée. Et comme en raison de l’allongement des tournées des facteurs les lettres arrivent de plus en plus tard dans nos boîtes il est devenu impossible de répondre le jour même. C’est un inconvénient pour les particuliers mais aussi pour les petites entreprises (les grosses peuvent bénéficier, en payant ce service, d’une distribution plus rapide). Et encore une fois ceux qui crient à la ruine des PME à la moindre grève des postiers se taisent devant cette dégradation quotidienne et bien réelle du service rendu aux usagers. Au passage ce n’est sans doute pas la meilleure méthode pour affronter la concurrence, sauf si on souhaite favoriser les fournisseurs d’accès à internet !

Blog du secteur postal du NPA :

http://npa-secteurpostal.org/

Casse du service public ferroviaire

Posté : 17 juin, 2014 @ 4:36 dans Services publics | Pas de commentaires »

DSC_0161Lettre ouverte à ceux qui ne se préoccupent du service public que quand les cheminots font grève

Samedi matin, il y a marché à Quillan juste devant la gare. Ce pourrait être l’occasion pour celles et ceux qui viennent des communes voisines pour s’approvisionner de préparer leur prochain déplacement en train. Et bien non, la gare est fermée le samedi, le dimanche et les jours fériés. Les horaires d’ouverture sont peu pratiques pour celles et ceux qui travaillent et il n’y a pas de distributeur de billets. Ce n’est guère plus brillant à Limoux, l’autre gare de la ligne avec Quillan et bien sûr Carcassonne à ne pas être désaffectée. Les autres sont de simples arrêts, sans agents SNCF, sans même une signalisation permettant d’annoncer le retard ou l’annulation d’un TER.

Pourtant nous sommes dans une zone touristique, cette prétendue vocation de notre canton depuis la liquidation de son tissu industriel. Les touristes ne doivent pas prendre le train. En revanche les supermarchés du coin, Intermarché, Carrefour et Dia, ont de larges plages d’ouverture, y compris le dimanche matin, et n’hésitent pas à faire bosser leurs salariés certains jours fériés. Le samedi et le dimanche on peut acheter des chips en grande surface mais pas un billet de train dans une gare, et ça ne semble pas émouvoir nos élus de droite comme de gauche, alors que l’ouverture dominicale des grandes surfaces contribue à asphyxier le petit commerce local.

Alors quand les journalistes aux ordres du pouvoir calomnient et insultent les cheminots qui ont le toupet de faire grève… Car les cheminots se battent pour contrecarrer la casse du service public, celle que nous constatons dans la Haute Vallée comme ailleurs malgré le dévouement et la conscience professionnelle des quelques agents qui restent dans les quelques gares qui ne sont pas fermées. Bien sûr nous sommes à leur côté, contre la direction de la SNCF qui veut continuer à réduire les effectifs et à nous obliger au « tout internet », comme nous l’indiquons dans un autre article de ce blog sur la fausse extension du TER à 1 €.

Face au déluge de mensonges, nous vous invitons à lire, reproduire et diffuser le tract de la CGT destiné aux usagers, ci-dessous en pièce jointe. Faites le circuler sur vos listes de diffusion, donnez un exemplaire à votre voisin. Ensemble combattons la désinformation !

fichier pdf tract aux usagers

Comprendre la grève à la SNCF

Posté : 16 juin, 2014 @ 2:47 dans Services publics | Pas de commentaires »

DSC_0129

La grève se renforce à la SNCF

HOLLANDE et VALLS chaussent les bottes de Jules MOCH,

le ministre « socialiste » qui envoya les CRS contre les mineurs en grève.

Les médias aux ordres calomnient les cheminots, pleurent sur la « gêne causée aux usagers » et font silence sur la casse bien avancée du service public, sur les raisons du conflit et sur le contenu de la réforme ferroviaire que le gouvernement veut imposer sans débat.

Vous trouverez ci-dessous le lien vers une interview d’un responsable de SUD RAIL 

http://www.youtube.com/watch?v=28oa3AawYZ0&app=desktop

Ainsi que la déclaration CGT – SUD RAIL de vendredi dernier :

fichier pdf SNCF tract-unitaire-cgt-sud

Les exclus du train pas cher

Posté : 10 juin, 2014 @ 8:29 dans Services publics | Pas de commentaires »

La Région annonce l’extension du TER à 1 € mais l’interdit de fait à une partie des usagers !DSC_0155

Il est déjà possible de voyager pour ce montant symbolique sur cinq lignes TER de Languedoc-Roussillon, dont la nôtre, nous voulons dire celle qui relie Carcassonne à Quillan. Il faut ajouter que pour le même prix on peut rejoindre Perpignan en car.

Développer l’utilisation des transports en commun plutôt que de la voiture individuelle, c’est bon pour l’environnement, pour la sécurité routière et pour notre porte monnaie ; l’annonce de l’extension de ce tarif à toutes les lignes TER de la région est donc une excellente nouvelle, allant dans le sens de notre conception du service public. Malheureusement si cette annonce, en première page de « L’accent du sud » du mois de mai, était réjouissante, le contenu de l’article l’était beaucoup moins.

Tout d’abord les billets pas chers seront contingentés, il n’y en aura pas pour tout le monde mais seulement un nombre de places limité dans chaque train. Ces places vendues, les autres voyageurs paieront le prix fort comme actuellement, sauf les titulaires d’abonnements de travail ou scolaires, ou les bénéficiaires d’autres réductions. La Région veut bien mettre la main à la poche mais pas trop et la SNCF veut conserver un fort contingent de places à plein tarif, arguant qu’elle ne souhaite pas brader les voyages et saturer les trains aux heures de pointe. A ce dernier argument on peut déjà rétorquer que si la fréquentation des trains progresse c’est une bonne chose pour les multiples raisons rappelées plus haut et qu’il faudra augmenter le nombre des rames pour satisfaire la demande, en veillant à ce que leur largeur leur permette d’entrer dans les gares.

Mais il y a plus grave. Les billets à 1 € ne seront pas vendus dans les gares ni dans les trains, ils ne pourront être achetés que sur internet, dans la limite des places disponibles. Donc loin de proposer un « tarif social » à celles et ceux qui en ont le plus besoin la Région et la SNCF mettent hors jeu les « non branchés » et ceux qui n’ont pas de carte bancaire (alors que les interdits bancaires sont nombreux) ; autant dire qu’ils ne veulent pas trop de pauvres dans les trains.

Il y a aussi une claire volonté de développer les achats de billets en ligne, dans la droite ligne de ce qui s’est passé avec les TGV, avec à la clé de nouvelles suppressions d’emplois dans les gares, des plages horaires rétrécies pour les ouvertures de guichet, un service toujours moindre pour les usagers. C’est ce que dénoncent les cheminots qui partent en grève reconductible contre la casse de la SNCF.

On nous assure que rien ne changera pour les cinq lignes de TER qui offrent dès aujourd’hui un tarif général à 1 €, ni pour le prix ni pour la possibilité de prendre son billet en gare ou dans le train, mais jusqu’à quand ? A ce jour nous ne connaissons pas la réaction des élus écologistes et Front de Gauche du Conseil régional ; nous espérons qu’ils combattront avec nous cette parodie de transport à bon marché, pour imposer la gratuité des transports publics.

 

 

Blog du niveau intermédiaire |
ALG- Officiel |
Lerenouveaudebreuilpont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | GRAND DEBT AUDO
| Perjalanana8
| Turlupinade