Révolutionnaires !

NPA haute vallée de l'Aude

Solidarité Palestine

Classé dans : L'internationale — 6 août, 2014 @ 10:00

ouverture_temporaire_du_poste_frontiere_de_rafah_entre_la_bande_de_gaza_et_legypte_le_26_mai_2011_dr[3]

RASSEMBLEMENT SAMEDI
09 AOÛT 2014
17H30 À NARBONNE

PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE

URGENCE PALESTINE :
Face aux massacres perpétrés par l’armée israélienne à
Gaza, plus que jamais, la solidarité internationale avec le peuple palestinien doit continuer et
s’amplifier.

Halte à l’agression israélienne ; levée du blocus, illégal et criminel, de Gaza; protection
internationale du peuple palestinien; libération de tous les prisonniers ;
sanctions immédiates contre Israël jusqu’au respect du droit international ;
soutien à la résistance du peuple palestinien ; oui à la liberté d’expression,
non à la criminalisation de la solidarité
.

Cet appel est déjà soutenu par: Mouvement de la Paix,
MRAP, Cimade, Confédération Paysanne, FSU, Solidaires, Parti Communiste
Français, Parti de Gauche, NPA,…

Et dans l’Ariège :

RASSEMBLEMENT 

à FOIX, sur les Allées de Villotte

Vendredi 8° Août à 18 h

lieu de rassemblement sur Foix :

Monument à la résistance ou halle couverte,  si temps pluvieux

à SAINT GIRONS, sur le marché 

le samedi 9 Août à partir de 10 h

Août 14

Classé dans : Leçons d'histoire — 4 août, 2014 @ 8:06

illus2-p19a22[1]Un siècle de trahisons des partis socialistes, pas étonnant que Hollande commémore l’évènement !

Août 1914 représente une coupure décisive dans le mouvement ouvrier. Des dizaines de millions de travailleurs des usines et des champs vont s’affronter dans une guerre atroce dont beaucoup ne reviendront pas ou rentreront mutilés. Mais si en France comme en Allemagne, en Autriche comme en Angleterre, la majorité de la classe ouvrière et de la paysannerie a pu être gagnée dans un délire patriotique, jusqu’à ce que la fleur au fusil ne pourrisse dans la boue des tranchées, les dirigeants socialistes et syndicalistes des pays belligérants portent une lourde responsabilité. Deux ans à peine après le congrès de Bâle de l’internationale socialiste, marqué par le discours de Jaurès appelant à s’opposer à la guerre par une grève générale simultanée dans toute l’Europe, la plupart des chefs socialistes se rangèrent derrière les gouvernements bourgeois de leur pays, promus pour la circonstance défenseurs de la civilisation contre la barbarie des voisins.

C’est lors de l’enterrement de Jaurès que Léon Jouhaux, considéré jusqu’alors comme anarcho-syndicaliste, annonça le ralliement de la direction de la CGT à l’union sacrée. Jules Guesde, prétendu représentant de la gauche du parti, et Marcel Sembat devinrent ministres.  Chacun y alla de son discours pour impliquer Jaurès dans leur ignominie, pour expliquer qu’à n’en pas douter le dirigeant assassiné aurait suivi le même chemin cocardier qu’eux dès lors que ses efforts pacifistes auraient échoué. Pourtant rien n’est moins sûr car Jaurès voyait mal comment la défense de la démocratie pouvait se concilier avec l’alliance russe. Leurs homologues en firent autant dans les autres pays. Seule des minorités, à l’exception de la social-démocratie russe et de quelques petits partis, s’opposèrent à cette folie meurtrière. Puis arriva l’année 17 et la révolution russe qui ébranla le monde.

Avant août 1914 les socialistes français avaient parfois eu des positions ambiguës, notamment sur la question coloniale. Le congrès d’Amiens de la CGT s’était démarqué à la fois de leur électoralisme et de la volonté de Guesde de caporaliser les syndicats. Mais le ralliement des chefs socialistes à la guerre a marqué un tournant. Les dirigeants socialistes, et cela se confirmera lors de la guerre d’Algérie comme actuellement en Afrique, sont de bons soutiens de l’impérialisme français. Alors quand ils ironisent sur le refus de l’extrême gauche de « mettre les mains dans le cambouis » il faut leur rappeler que dans l’histoire de leur parti beaucoup ont trempé les leurs dans le sang et dans la merde.

Lire également : http://npa2009.org/idees/aout-1914-le-basculement-du-monde

La justice de Hollande

Classé dans : NPA — 29 juillet, 2014 @ 8:14

drones meurtriers à Gaza[1]

Un responsable du NPA devant le tribunal suite aux manifestations de soutien au peuple palestinien

Ce matin, notre camarade Alain Pojolat, qui avait déposé au nom de l’ensemble des organisateurs, dont le NPA, la déclaration en préfecture des manifestations qui ont ensuite étaient interdites, a été inculpé et comparaîtra devant le Tribunal de Grande Instance de Paris le 22 octobre 2014.

L’offensive israélienne a déjà fait plus de 1 100 morts ​ en majorité des civils et de nombreux enfant, ​plus de 6 000 blesséEs​. La « prison à ciel ouvert » qu’était Gaza s’est transformée en champ de ruines​, suscitant partout dans le monde, y compris à Tel Aviv des manifestations de solidarité au peuple palestinien. L’urgence pour le gouvernement Hollande-Valls n’est pas de mettre ​tout en œuvre pour faire cesser ce massacre, mais de tenter d’interdire des manifestations à Paris​, ​de criminaliser le mouvement de solidarité ​ et ainsi d’affirmer son soutien à la politique criminelle de l’Etat d’Israël. ​

Le NPA revendique fièrement sa participation à ces deux manifestations du 19 et 26 juillet qui ont regroupé des milliers de personnes ​malgré leur interdiction​ pour dénoncer l’agression israélienne contre le peuple palestinien et l’alignement du gouvernement français sur le gouvernement d’extrême-droite de Nethanyaou.

Le NPA appelle l’ensemble des forces démocratiques, associations, syndicats, partis et tous celles et ceux qui sont attachés à la liberté d’expression à réagir contre cette tentative d’intimidation. Cela commence par répondre massivement à l’appel à manifester samedi 2 août à Paris : toujours déterminéEs à faire entendre notre solidarité au peuple palestinien​, à exiger la fin de l’offensive et la levée du blocus de Gaza​.

Sgnez ila pétition pour la levée de l’inculpation d’Alain :

http://www.npa32.fr/spip/spip.php?article865

 

Le culte de la personnalité

Classé dans : Leçons d'histoire — 23 juillet, 2014 @ 2:57

janvier-2012--4-[1]

Quarante ans après la mort de Maurice Thorez, retour sur le culte de la personnalité dans la gauche française

 

 

En 1950, le cinquantième anniversaire de Maurice Thorez, secrétaire général du PCF, marque l’apogée du culte de la personnalité du Chef qui fait l’objet de poèmes, de chansons et même d’un spectacle édifiant. Les militants communistes rivalisent alors d’imagination pour lui rendre hommage et lui offrir des cadeaux. Maurice, auquel on associe de plus en plus son épouse Jeannette Vermeersch, est « celui de France que nous aimons le plus« . De France, la précision est importante car dans le cœur des communistes français il est un personnage incomparable, cent coudées au dessus de leur secrétaire général, c’est le petit père des peuples, Joseph Staline.

C’est le stalinisme qui a introduit dans le mouvement ouvrier le culte des chefs charismatiques, vénérés comme des héros vivants dans les cas les plus outranciers : Mao, Kim-Il-Sung, Enver Hodja et, dans une moindre mesure, Castro. C’est une tradition étrangère au socialisme des origines comme aux courants libertaires, et ce n’est qu’après sa mort que Lénine fut transformé en icône par les dirigeants soviétiques. En France l’idolâtrie dont Maurice Thorez était l’objet s’atténua après le XX° congrès du PCUS, la direction du PCF ayant tout de même caché le plus longtemps possible les révélations sur les crimes de Staline. Après la mort du secrétaire général du PCF, aucun de ses successeurs ne fit l’objet d’une vénération aussi déplacée. Les photos des grands dirigeants étaient réservées aux élections où ils étaient candidats. Le PCF ne couvre pas les murs avec le portrait de Pierre Laurent, pas plus qu’il ne le faisait avec Marie-Georges Buffet.

« Il n’est pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni César, ni Tribun ». S’il est vrai que tant le système médiatique que la logique des institutions de la V° République tendent à personnaliser à outrance le débat politique, il est d’autant plus indispensable de rappeler que pour le mouvement ouvrier la lutte politique n’est pas un combat de chefs.

Thorez

Ci-dessus, le cadeau envoyé par des ouvriers de Béziers à Maurice THOREZ.

Et ci-dessous une chanson apologétique.,

Celui de France que nous aimons le plus,
composée en 1950 pour le cinquantième anniversaire
de Maurice Thorez. Paroles de Henry Bassis et musique de Joseph Kosma.

Refrain :
Buvons camarade, buvons,
que l’avenir nous appartienne.
C’est à lui que nous le devons
à la tienne, ami, à la tienne.
Buvons camarade, buvons,
à la santé de Maurice
à la santé de la paix, au bonheur, à la justice.
Buvons au peuple français
buvons, buvons, au bonheur, à la paix.

Depuis que bat le cœur des hommes,
notre idéal est le plus beau,
il nous a fait ce que nous sommes,
Maurice porte le drapeau.
Le parti arme qui travaille,
Maurice en est le forgeron,
parmi tempêtes et les batailles
Maurice en tête nous tiendrons.

La vie plus forte que souffrance,
à l’avant garde de la joie,
Maurice parle et c’est la France
qui se dessine dans sa voix.
L’étoile claire de Staline
ouvre l’amour au monde entier.
La route mène au socialisme,
Maurice marche le premier

 

Carrefour reprend les magasins Dia

Classé dans : Lutte des classes — 20 juillet, 2014 @ 6:45

DSC_0159

Carrefour mange Dia.

Et les salariés dans tout ça ?

 

Le 20 juin, Carrefour et Dia ont annoncé la signature d’un compromis de vente. Le groupe espagnol Dia, qui souhaitait se défaire de sa filiale française et vendre ses 800 magasins qui emploient au total 7.500 salariés, a donc fait affaire avec un des géants de la grande distribution (voir plus bas notre article du 11 juin). Peu importe ce que sera le futur nom de l’enseigne, à Quillan beaucoup parlent encore de Champion pour désigner l’actuel Carrefour, ce qui est important c’est que tous les employés conservent leur travail.

Or la situation locale est particulière puisque le repreneur absorbe un concurrent dont le magasin est situé à peu de distance de son Carrefour Market, sur un créneau commercial qui se recoupe partiellement. Les deux implantations voisines subsisteront-elles et, si ça n’était pas le cas, quel sera le sort ds salariés ?

On nous a signalé…

Classé dans : Services publics — 20 juillet, 2014 @ 5:59

article_poste-290x160[1]

 La dégradation tranquille du service public postal par ceux qui sont censés le défendre

Devant le bureau de la Poste d’Esperaza vous pouvez lire sur le panneau indiquant les heures d’ouverture que la dernière levée du courrier en semaine est effectuée à 15 h 30 ; mais cette information est démentie par le petit bout de papier collé sur la boîte à lettre. Ce dernier corrige en effet, c’est avant 15 h 15 qu’il faut déposer le courrier pour un départ le jour même. Un quart d’heure de plus ou de moins, dirons certains, sauf que ces quinze minutes s’ajoutent à celles des modifications précédentes.

Fini l’époque où la secrétaire quittait le bureau un peu avant 17 heures pour poster le courrier de la journée. Et comme en raison de l’allongement des tournées des facteurs les lettres arrivent de plus en plus tard dans nos boîtes il est devenu impossible de répondre le jour même. C’est un inconvénient pour les particuliers mais aussi pour les petites entreprises (les grosses peuvent bénéficier, en payant ce service, d’une distribution plus rapide). Et encore une fois ceux qui crient à la ruine des PME à la moindre grève des postiers se taisent devant cette dégradation quotidienne et bien réelle du service rendu aux usagers. Au passage ce n’est sans doute pas la meilleure méthode pour affronter la concurrence, sauf si on souhaite favoriser les fournisseurs d’accès à internet !

Blog du secteur postal du NPA :

http://npa-secteurpostal.org/

Palestine

Classé dans : L'internationale — 20 juillet, 2014 @ 4:43

53ca7e643570667a638bf55c[2]

Hollande et Valls complices des attaques criminelles contre le peuple palestinien

En interdisant dans plusieurs villes et notamment à Paris, les manifestations de solidarité avec la Palestine, Hollande et le gouvernement Valls ont enclenché une épreuve de force qu’ils ont finalement perdue. Depuis l’Afrique où il organise l’aventure militaire de l’impérialisme français, Hollande avait joué les gros bras « ceux qui veulent à tout prix manifester en prendront la responsabilité ». C’est ce qu’ont fait aujourd’hui des milliers de manifestant-e-s qui sont descendus dans la rue pour exiger l’arrêt de l’intervention militaire de l’État d’Israël dans la bande de Gaza, pour crier leur révolte face au plus de 300 morts palestiniens depuis le début de cette intervention. Et pour faire respecter le droit démocratique à exprimer collectivement la solidarité.

En particulier à Paris, plusieurs milliers de manifestants, malgré l’impressionnant quadrillage policier, ont défié l’interdiction du gouvernement. C’est un succès au vu des multiples menaces de la préfecture et du gouvernement. En fin de manifestation, des échauffourées ont eu lieu entre des manifestants et les forces de l’ordre. Comment aurait-il pu en être autrement au vu de dispositif policier et de la volonté du gouvernement de museler toute opposition à son soutien à la guerre menée par l’Etat d’Israël.

Le NPA condamne les violences policières qui se sont déroulées ce soir à Barbès et affirme que le succès de cette journée ne restera pas sans lendemain. Dès mercredi, une nouvelle manifestation aura lieu à l’appel du collectif national pour une paix juste et durable. La lutte pour les droits du peuple palestinien continue.

Le NPA appelle l’ensemble des forces de gauche et démocratiques, syndicales, associatives et politiques, à exprimer leur refus de la répression et leur solidarité active avec la lutte du peuple palestinien.

Montreuil, le 19 juillet 2014

Interview de Sandra DEMARQ (CE du NPA) sur l’interdiction de la manifestation :

http://npa2009.org/videos/interview-de-s-demarcq-sur-la-manifestation-interdite-europe-1-le-190714

 

Mort d’un camarade

Classé dans : NPA — 12 juillet, 2014 @ 11:19

images[2]Ignace Garay, militant de la CGT et du NPA dans le Lot et Garonne est mort vendredi 11 juillet dans un accident de voiture

 

Le souvenir d’Ignace Garay est indissociable des luttes syndicales menées à Fumel depuis plus de trente ans.

Adolescent, il opte d’abord pour le rugby à Agen, au poste de talonneur, déjà pour soutenir son équipe. Et c’est à 22 ans, en 1973, qu’il adhère à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR). Ignace, qui était encore candidat du NPA aux dernières municipales, avait animé lors de notre dernière université d’été un débat sur la reprise des entreprises par les salariés, s’appuyant sur son expérience de responsable CGT dans son usine métallurgique de Fumel. Son décès subit à l’âge de 63 ans laisse un grand vide.

http://tendanceclaire.npa.free.fr/breve.php?id=8976

Esclavage salarié

Classé dans : Billet d'humeur — 11 juillet, 2014 @ 9:19

travail-dominical[1]Pas de jour férié pour les salariés des supermarchés, Intermarché et Carrefour ouverts le 14 juillet !

Contrairement à l’ouverture dominicale qui nécessite une autorisation préfectorale (accordée de manière toujours plus laxiste) les grandes surfaces sont libres de faire travailler leur personnel les jours fériés, seul le 1° mai étant obligatoirement chômé. Elles ne s’en privent pas ce lundi 14 juillet puisqu’Intermarché comme Carrefour seront ouverts toute la journée. Pour le confort du consommateur bien entendu, pas pour celui des salariés privés d’une journée traditionnellement propice aux loisirs familiaux.

Mais pourquoi ouvrir alors que rien ne les y oblige et que par exemple le Leclerc de Limoux sera fermé ? Assurément pas pour affronter la concurrence étrangère : nous n’irions pas faire nos courses en Chine ce jour là. Comme pour celle du dimanche, comme pour les nocturnes que certaines enseignes veulent développer dans les grandes villes, l’ouverture un jour férié vise à se disputer la clientèle entre grandes surfaces, avec des dégâts collatéraux pour le petit commerce. En effet notre porte-monnaie n’est pas extensible et les dépenses de lundi ne seront pas effectuées les autres jours de la semaine. Cela révèle également une conception mercantile des loisirs, les grandes zones commerciales devenant le lieu de pèlerinage  familial du week-end.

Les arguments des partisans de l’ouverture sont connus. Tout d’abord la création d’emplois, mais en pratique les patrons n’embauchent que quand ils espèrent des profits et comme le chiffre d’affaires global du commerce est limité par notre pouvoir d’achat la progression d’une enseigne se fait au détriment des autres. Il n’est qu’à voir le nombre de boutiques fermées dans nos centres villes et dans nos villages pour comprendre que les créations d’emplois dans les grandes surfaces ont été largement compensées par les pertes dans le commerce familial. Et encore les embauches ne sont pas à la hauteur des promesses car dans un secteur marqué par les temps partiels imposés l’extension des plages horaires se traduit souvent par davantage de flexibilité.

Un autre argument est que les salariés seraient demandeurs et que l’opposition des syndicats les priverait de rémunérations majorées ; et de mettre en avant les pétitions « spontanées » du personnel quand l’ouverture dominicale est menacée. Mais si les salaires étaient moins dérisoires, avec parfois des contrats de 30 h par semaine ou moins, les employés ne seraient pas contraints de « travailler plus pour gagner à peine plus » au détriment de leur vie familiale et parfois de leur santé.

Celui des « zones touristiques » ne retiendra guère notre attention. On sait déjà ce que nous en pensons, le dessin illustrant cet article est malheureusement adapté à la situation du canton de Quillan. Ajoutons simplement que le vacancier n’est pas une espèce qu’il faudrait protéger tout en vidant son porte-monnaie ; il nous arrive à tous d’être « touristes » quelque part, et  beaucoup d’entre nous travaillent le reste de l’année. Nous n’apprécierions pas d’être contraints de bosser le dimanche et les jours fériés. Alors épargnons le aux autres.

 

Conférence gesticulée antiraciste

Classé dans : Culture,Egalité! — 10 juillet, 2014 @ 11:27

2012-02-14-2102-pablo5-OK_GF[1]Mes identités nationales

Conférence gesticulée samedi 19 juillet 20 h 30 à Saint Paul de Jarrat (Ariège)

 par Pablo SEBAN de la coopérative du Vent debout. durée 1h40 environ (prix libre)    

 Fin 2009, l’identité nationale française est en débat. L’identité nationale. Avec un L apostrophe, comme si elle était unique, partagée par toutes et tous et figée dans le temps. Ce débat aurait pu être l’occasion de discuter de nos identités multiples, de raconter toutes ces histoires de français qui forment une Histoire populaire de France.

On a eu droit au contraire au mot d’ordre: « être français, c’est ça! »… et surtout « ce n’est pas ça! ». Certaines personnes étaient ainsi exclues du cercle VIP des « vrais français ». Et de nombreuses autres ont accepté, continuent d’accepter, souvent sans réagir… Alors avec cette conférence gesticulée je propose une réflexion sur ces schémas de pensée imposés, sur cette mécanique raciste. Comment est-elle construite, utilisée? Sur quels arguments s’appuient-elle pour se développer y compris au sein des milieux antiracistes? Quelles en sont les conséquences? Et comment peut-on la combattre?

Une réflexion, pas une certitude. Une réflexion qui soulève des questions mais ne peut offrir de réponses toutes faites. Cette conférence est une proposition faite au public qui en sortira avec plus de doutes qu’en y entrant. Une réflexion faite de savoirs chauds, de l’expérience vécue du racisme, de l’expérience de la lutte antiraciste avec des militant-e-s des quartiers dits « populaires », des rencontres militantes ou affectives avec cette question. Une réflexion alimentée de savoirs froids également, des apports théoriques issus des pensées de Sartre, Angela Davis, Pierre Tevanian, Christine Delphy et d’autres. Une réflexion sur nos identités diverses enfin, qui cherche à les questionner en me laissant gesticuler sur mes identités à moi.

http://www.vent-debout.org/

Agression israélienne à Gaza

Classé dans : Non classé — 9 juillet, 2014 @ 9:01

drones meurtriers à Gaza[1]

PERPIGNAN : Rassemblement Jeudi 10 juillet à 18h à l’appel de l’AFPS66 , avec l’ensemble des orga­ni­sa­tions du Collectif 66 Paix et justice en Palestine. .

Infos Palestine : http://francepalestine66.blogspot.fr/

 

 Communiqué national du NPA :

Une nouvelle attaque israélienne est en cours contre la Bande de Gaza. Les victimes palestiniennes se comptent par dizaines, et le gouvernement et l’état-major israéliens affirment qu’ils entendent poursuivre leurs bombardements meurtriers, voire même lancer une offensive terrestre. Évidemment, les tirs de roquettes ne sont, comme d’habitude, qu’un prétexte pour les autorités israéliennes. Il s’agit pour Benyamin Netanyahu et ses alliés d’extrême droite d’essayer, une fois de plus, de détruire l’esprit de résistance en semant la terreur dans la population civile et de saboter les efforts palestiniens qui avaient permis la mise en place d’un fragile gouvernement « d’union nationale ». L’offensive en cours permet en outre de détourner l’attention médiatique des multiples exactions contre les Palestiniens de Cisjordanie, de Jérusalem et d’Israël, consécutives à la mort de 3 jeunes Israéliens à proximité d’une colonie : de la mort du jeune Mohammed Abou Khdeir au passage à tabac, par la police, de son cousin Tareq, en passant par les ratonnades menées par les colons, les dizaines d’actes criminels perpétrés ces derniers jours ont montré, à qui refusait de le voir, le vrai visage de la violence et du racisme de l’État d’Israël. Une fois de plus, les pays occidentaux, France en tête, refusent de condamner la politique criminelle d’Israël et de prendre les sanctions nécessaires pour punir cet État hors-la-loi. Le NPA rappelle son soutien à l’ensemble des droits nationaux du peuple palestinien et à sa lutte légitime. Nous participerons aux initiatives à venir contre les attaques israéliennes en cours, et continuerons à développer la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS), seule à même d’en finir avec l’impunité d’Israël et de lui faire payer le prix de ses crimes.

Montreuil, le 9 juillet 2014

Les licenciements invisibles

Classé dans : Lutte des classes — 9 juillet, 2014 @ 8:26

despidosQuand une grande entreprise supprime des emplois, ça fait la une des journaux. Mais chaque jour des salariés sont licenciés et personne n’en parle !

Pourtant il est tout aussi dramatique de se retrouver au chômage quand on travaillait dans une petite entreprise du commerce ou de l’artisanat ; c’est parfois même pire car il n’est pas question de « plan social » (mal nommé, mais c’est une autre histoire) et les indemnités sont réduites au minimum légal, c’est à dire à pas grand chose. Pour retrouver un emploi il faut se débrouiller tout seul, alors que les allocations chômage n’ont qu’un temps et qu’il faut constamment se justifier sous peine de radiation.

Les petits patrons qui licencient trouvent beaucoup d’avocats, même parfois dans une gauche qui se proclame radicale et qui gobe le mythe des PME qui créent des emplois et méritent d’être aidées. Mais s’il est vrai que la concentration capitaliste rend beaucoup de petites entreprises dépendantes des grands groupes, quand elles n’en sont pas de simples filiales, et que les banquiers leur tiennent la dragée haute, être victime de plus méchants que soi ne rend pas forcément gentil. On cite souvent l’artisan qui travaille dur et se paie moins que ses ouvriers ; il en existe, mais il en est beaucoup d’autres qui estiment qu’un patron a le droit de mener la grande vie en faisant supporter certaines dépenses personnelles par l’entreprise.

Et puis les relations sociales, faute d’organisation syndicale et d’institutions représentatives du personnel, ne sont pas toujours tendres dans les petites boîtes. Les patrons et les cadres grandes gueules, les « si tu n’es pas content, tu t’en vas » ne sont pas si rares. Licenciements invisibles, mais aussi licenciements camouflés quand le harcèlement pousse un salarié à la démission. Certains employeurs n’hésitent pas à invoquer des fautes imaginaires (qualifiées de graves si possible pour sucrer le préavis et les indemnités) pour se débarrasser de quelqu’un (on connait des cas dans le canton) ; certains vont aux prud’hommes, d’autres n’osent pas pour ne pas obérer leur chance de retrouver un emploi. Il y a aussi les « ruptures conventionnelles » dont seule une partie, difficile à mesurer quand il n’y a pas intervention d’un conseiller du salarié, est vraiment une rupture amiable et non une démission forcée. Ce ne sont pas les seuls licenciements économiques déclarés comme tels qui font grimper la courbe du chômage.

Interdire les licenciements dans les entreprises qui font du profit ce serait la moindre des choses mais ça n’est pas suffisant car cela laisse supposer que les autres licenciements sont légitimes. Quand une société petite ou grande est en faillite, ce ne sont pas les salariés qui sont responsables ; on ne leur a jamais demandé leur avis sur la gestion de la boîte, sur les choix industriels ou commerciaux, sur la répartition des bénéfices au temps où il y en avait. Ils ne doivent pas payer les pots cassés par les patrons. Le salarié dont le poste de travail est supprimé doit être reclassé sur un emploi de même niveau, sans perte de salaire ni détérioration de ses conditions de vie et de travail, ce reclassement devant être financé si nécessaire par une cotisation patronale solidaire. La garantie d’emploi dont bénéficient encore les travailleurs du secteur public doit être étendue à tous les salariés.

Comment virer un salarié cassé par le travail avec ou sans « compte pénibilité ».

Lire : http://larotative.info/compte-penibilite-la-loi-permet-de.html

Gaz de schiste

Classé dans : Ecologie et socialisme — 2 juillet, 2014 @ 8:06

Capture+d’écran+2014-06-28+à+21.46.42[1]

Les prospecteurs attaquent dans l’Aude, la riposte s’organise.

      Nous nous étions donnés rendez-vous ce samedi  28 juin à 9h00 à la cave cooperative d’Argeliers dans l’Aude , symbolique  des soulèvements viticoles de 1907 avec à leur tête Marcellin Albert,  natif d’Argeliers.

      Nous étions environ 500 participants : au départ nous avons écouté un petit exposé des faits proposé par les collectifs  organisateurs. 

Vers 10h00 la manif escortée par la maréchaussée s’est  ébranlée vers Mirepeisset en faisant une halte à 4 kms sur le rond-point de Cabezac où nous avons fait fait plusieurs tours au bruit des tambours, sifflets,  casseroles, trompettes tout en distribuant des tracts aux  conducteurs des voitures que nous bloquions. Tout cela a eu lieu dans une  ambiance de kermesse. Quelle ne fut pas la surprise des touristes qui  voyaient défiler en fanfare un cortège avec pancartes, banderoles  contre le gaz de schiste et le pétrolier Lundin. Nous avons fini la  manif vers 13h00, soit encore 4 kms plus loin, au bord de la rivière à Mirepeisset pour nous restaurer. Une organisation de  voitures  navettes était mise en place afin de ramener les chauffeurs à Argeliers  pour revenir chercher les marcheurs. Belle journée sous un chaud soleil, au milieu des vignes, des oliviers et des vergers que nous devrons  protéger contre l’avidité toujours plus dévastatrice des compagnies  petrolières comme Lundin, Total et compagnie. 

Voir le dossier sur Reporterre :

http://www.reporterre.net/spip.php?article6065

Et sur le blog de nos camarades du NPA de l’Hérault :

http://npaherault.blogspot.fr/2014/06/gaz-de-schiste-ca-marche-argeliers.html#more

Université d’été du NPA

Classé dans : NPA — 1 juillet, 2014 @ 9:24

Capture_d_e_cran_2014_06_30_a_23.12.02[1]

Du dimanche 24 au mercredi 27 août, à Port Leucate, autant dire à côté de chez nous !

 

http://www.npa2009.org/univ2014

Réseau éducation sans frontières

Classé dans : Egalité! — 26 juin, 2014 @ 4:20

arton490-6e53a[1]

Rassemblement vendredi 27 juin à Perpignan

contre l’expulsion de jeunes scolarisés dans les Pyrénées Orientales

ci-dessous l’appel du RESF 66

La fin de l’année scolaire, soulagement pour beaucoup d’élèves, est source de stress pour les étrangers mineurs récemment devenus majeurs ou qui le deviendront au cours de l’été. A tout moment, à compter de leur majorité, ils peuvent en effet être renvoyés dans leur pays d’origine qu’ils ont, pour la plupart, quitté depuis longtemps. Le RESF a recensé 10  jeunes dans ce cas-là, sur Arago, Lurçat, Picasso, Villelongue dels Monts. Il a demandé et obtenu  qu’une délégation soit reçue par le Secrétaire général de la préfecture sur leur problème spécifique. Le vendredi 27 juin à 17h30. Nous espérons obtenir un titre de séjour pour tous afin qu’ils puissent poursuivre  sereinement leurs études en France au-delà de leur majorité.

Le RESF 66 appelle donc tous ses adhérents, et au-delà, à rejoindre le rassemblement devant la préfecture vendredi 27 juin à partir de 17h30.

Plus vous serez nombreux, plus nous serons à même d’aboutir dans l’obtention de leur droit à vivre ici et à les protéger d’un renvoi catastrophique dans leur pays d’origine.

12345
 

Blog du niveau intermédiaire |
ALG- Officiel |
Lerenouveaudebreuilpont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | GRAND DEBT AUDO
| Perjalanana8
| Turlupinade