Révolutionnaires !

NPA haute vallée de l'Aude

Victoire, l’éléphant reste à Gemenos !

Classé dans : Lutte des classes — 7 juin, 2014 @ 11:05

olivier_leberquier_cgt_fralib_5_dr[2]

Entretien publié dans l’hebdomadaire du NPA.

Olivier Leberquier est délégué CGT à Fralib à Gémenos (13).

Il nous parle de la victoire importante remportée par les salariés après plusieurs années de mobilisation.

Peux-tu nous résumer les nouvelles de ces derniers jours et ce qui a été gagné ? Après l’annulation de quatre PSE, Unilever a fini par céder sur plusieurs points importants : le transfert des installations administratives et industrielles du site à la Scop des salariés, pour l’euro symbolique ; le soutien financier au démarrage et au développement du plan alternatif des salariés en sécurisant les acquis obtenus et en ouvrant des perspectives sérieuses, notamment par diverses mesures contribuant au développement commercial (recherche de débouchés de production, construction d’une marque, renforcement de l’appareil commercial et administratif…) ; une contribution de 20 millions d’euros au fonds de roulement ; le financement d’une formation pour les salariés de la Scop ; la participation à la remise en état, au développement, à la modernisation et à la diversification de l’outil de travail ; le maintien des institutions représentatives du personnel pendant une période suffisante permettant la maîtrise du dossier jusqu’à la création officielle de la Scop ; l’obtention d’une prime substantielle de préjudice pour chaque salarié en lutte, venant s’ajouter aux indemnités légales. C’est vraiment dans la dernière ligne droite que l’État a enfin agi pour que le conflit aboutisse, ce qui est à noter, surtout quand on voit ce qu’est la politique de ce gouvernement « de gauche ». Certains ministres d’aujourd’hui s’étaient engagés à réquisitionner la marque « Éléphant », ce qui n’a jamais été tenu. Précisons aussi qu’avec l’ANI mis en place par ce même gouvernement, notre lutte n’aurait pas pu exister et nous serions morts.

Quel sentiment après trois ans et demi de lutte ? D’abord, une immense satisfaction, surtout dans le contexte général et après le dimanche noir qui a vu le FN arriver en tête aux élections européennes. Notre victoire est un peu un camouflet pour ce FN qui a été le seul parti à ne jamais dire un mot de soutien à notre lutte, alors que tous les autres partis, même avec une dose plus ou moins forte de mauvaise foi, ont fait un jour ou l’autre une déclaration de soutien. Notre victoire est la preuve qu’il n’y a jamais de fatalité, même contre une grande multinationale. Unilever, c’est 53 milliards de chiffre d’affaire et 5 milliards de bénéfice net par an. C’est aussi deux milliards de produits vendus dans le monde. Notre lutte était celle du « pot de thé contre le pot de fer », et nous l’avons gagnée.

Au-delà de la victoire, que représente votre lutte ? Notre combat pour la Scop, dans lequel nous entrons maintenant, n’est pas gagné d’avance. Le capitalisme est hélas toujours là, et on va être obligé de vivre dedans. Nous ne serons qu’une poche de résistance. Mais nous avons rencontré beaucoup d’autres travailleurs en lutte comme les ex-Pilpa qui ont inauguré leur Scop, ou une petite entreprise de charpentes à Gardanne qui continue à fonctionner.

Et maintenant ? Il est difficile de fixer une date précise de démarrage de la Scop. Nous allons d’abord liquider tout ce qui tourne autours du conflit, y compris les aspects individuels. 14 d’entre nous continueront à être payés par Unilever pendant 2 ans, en comptant le congé de reclassement. Mais nos 1 336 jours de lutte ont aussi permis à certains salariés, qui n’avaient pas les annuités pour partir à la retraite, de les gagner. À partir de maintenant, 50 à 60 ex-salariés d’Univeler entrent comme coopérateurs et vont se mettre au travail. Nous allons pouvoir concrétiser les liens que nous avons noués avec des petits producteurs de thé et de plantes aromatiques, pour établir des rapports sur la base d’échanges équitables, et fabriquer des produits de meilleure qualité… sans avoir à rémunérer des actionnaires. Mais d’ici là, nous allons organiser une grande fête dans notre usine pour fêter la victoire avec toutes celles et tous ceux qui ont été à nos côtés sans répit depuis le début.

Quel message à celles et ceux qui luttent ? Se dire toujours qu’il n’y a pas de fatalité, et que si la victoire n’est jamais acquise d’avance, seuls ceux qui ne luttent pas sont assurés de la défaite.

Història de l’estelada

Classé dans : En català — 27 mai, 2014 @ 12:09

Lako[1]

Le drapeau catalan avec ou sans l’étoile ?

Certains des drapeaux qui fleurissent les façades des maisons particulières comme des bâtiments publics ne comportent que les quatre bandes rouges (la senyera), d’autres portent une étoile, le plus souvent blanche dans un triangle bleu (l’estelada). 

L’estelada a une histoire qui remonte à plus d’un siècle. Explication si dessous, en Catalan naturellement…

L’estelada és la bandera independentista catalana creada per Vicenç Albert Ballester (1872-1938) l’any 1908 inspirant-se en la bandera que utilitzaven els independentistes cubans durant el seu procés d’alliberament nacional. L’estel blanc simbolitza la llibertat i es dibuixa damunt d’un fons blau que representa el cel. La forma de triangle simbolitza la divinitat o l’estabilitat. L’estelada va ser hissada per primera vegada el 1918. El 1928 el govern català a l’exili (a Cuba) l’adopta com a bandera de la República Catalana.
Durant la dècada dels anys 20 del segle XX es va anar difonent a través de publicacions i ambients independentistes. És  destacable l’adopció de la bandera estelada per part del primer partit independentista anomenat Estat Català i fundat per Francesc Macià l’any 1922. També cal esmentar que en el tercer article de la Constitució de  l’Havana (1928) ja es definia l’estelada com  la bandera de la futura República Catalana independent.
L’any 1931 la bandera independentista  va ser present durant la proclamació de la República Catalana per part de Francesc Macià i també es va penjar en diversos ajuntaments durant els fets del 6 d’Octubre de 1934.
Durant la dictadura franquista, el seu us va desaparèixer pràcticament del tot a causa de la repressió ultraespanyolista del règim. 
Avui en dia el seu ús s’ha estès molt i és fàcil veure una estelada pels carrers en forma de mural o de bandera penjada en un balcó. També és fàcil veure estelades en manifestacions i concerts de tot tipus. Així doncs, la bandera independentista catalana gaudeix d’un bon estat de salut.

L’estelada a donc son origine dans la révolution cubaine, pas celle de Fidel Castro mais celle de José Martì. En 1898 la couronne espagnole dut abandonner sa colonie cubaine, défaite par l’armée révolutionnaire appuyée par les USA, lesquels durent à leur tour renoncer à l’occupation de l’île qui accéda à l’indépendance.

Les indépendantistes catalans fêtèrent comme il se doit la défaite de la monarchie espagnole, espérant suivre l’exemple des Cubains.

s aquesta colònia espanyola havia aconseguit la independencia el 1902. El primer nom que va rebre l’estelada va ser « bandera de l’Estat català ». L’estelada va ser hissada per primera vegada el 1918. El 1928 el govern català a l’exili (a Cuba) l’adopta com a bandera de la República Catalana.

Européennes : communiqué du NPA

Classé dans : NPA — 22 mai, 2014 @ 3:54

NPA HAUTE VALLE DE L'AUDE

 

 

 

 

 

Ces élections européennes auront été marquées par une nouvelle victoire électorale du Front national. Celle-ci traduit la désespérance sociale d’une grande partie du monde  du travail et la crise politique générée par les mêmes recettes mises en œuvre par les gouvernements successifs. Non seulement le FN ne peut pas représenter une solution mais au contraire son poids politique aggravera encore la crise.

Après les élections municipales, elles confirment la raclée du parti socialiste en France payant ainsi la politique favorable au patronat menée depuis plus de deux ans. Par l’abstention massive ou par le vote pour la droite et l’extrême droite arrivée en tête, les électeurs et électrices ont condamné cette politique. Une sanction similaire touche dans la plupart des pays d’Europe, les gouvernements qui ont mis en œuvre les diktats de la Commission Européenne, de la BCE et du FMI contre les travailleurs et les peuples. Elle sanctionne aussi une Europe capitaliste antidémocratique et éloignée des préoccupations de la majorité des populations.

Face à cette situation, où la gauche est au plus bas, il est urgent que les salariéEs, les organisations de la gauche sociale et politique reprennent le chemin des mobilisations pour combattre les politiques pro-patronales et la montée des droites extrêmes qui en est la conséquence et pour offrir une alternative globale à cette société.

Raoul-Marc JENNAR à Limoux

Classé dans : Non classé — 22 mai, 2014 @ 11:35

stopcapital

Le jeudi 22 mai Raoul Marc Jennar, invité par le Front de Gauche, animait à Limoux une conférence débat

sur le Grand Marché Transatlantique

Ci dessous lien avec la vidéo d’une conférence de Raoul Marc Jennar sur ce sujet

http://www.dailymotion.com/video/x1bvmqg_les-enjeux-du-grand-marche-transatlantique-ou-tafta-conference-debat-raoul-marc-jennar_news

Les flics de Valls contre les postiers en grève

Classé dans : Lutte des classes — 21 mai, 2014 @ 4:07

circulez_p3_q20

Après plus de 100 jours de grève des postiers des Hauts-de-Seine, quatre syndicalistes sont placés en garde à vue !

Stop à la criminalisation du mouvement social ! Arrêt des poursuites !

Mercredi 21 mai, quatre syndicalistes et grévistes ont été placés en garde à vue. La répression qui s’abat sur eux est basée sur un tissu de mensonges de la part de la direction de la Poste et ne vise qu’à briser leur mobilisation qui dure depuis plus de 100 maintenant !

Voir la manifestation de soutien en vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=bnv4RwL-JkQ

Pour en savoir plus sur la grève des postiers et sur les méthodes de la Poste :

 http://npa2009.org/evenement/rassemblement-contre-la-repression-des-postiers

Pour aider les grévistes :

Une pétition a été mise en ligne (http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/sud-poste-92-apr%C3%A8s-trois-mois-de-gr%C3%A8ve-soutenons-les-postiers-du-92).

Jean-Paul Dupré a voté l’austérité

Classé dans : Billet d'humeur — 19 mai, 2014 @ 10:25

tapis-rouge_0 

  Le député-maire de Limoux est dans le camp du patronat contre les salariés, les retraités et les chômeurs,

il devra rendre des comptes !

 

 

Comme ses deux collègues socialistes de l’Aude, « notre » député Jean-Paul Dupré s’est conduit en bon godillot de Hollande et a voté le plan d’austérité. Cela ne surprendra personne, même pas les communistes de Limoux qui aux récentes municipales ont soutenu le maire mais pas le député, un distinguo subtil entre politique nationale et politique locale. Il est vrai que le PS lui-même fait le grand écart : son affiche pour les élections européennes condamne l’austérité imposée par Bruxelles, celle décidée par le gouvernement français leur parait sans doute préférable.

Double, triple langage des « élus du peuple » qui s’assoient sur leurs électeurs… Pour le NPA le social-libéralisme n’a qu’un visage, une même politique qu’il décline au niveau national, régional, départemental ou municipal. Et quand il faudra demander des comptes à Jean-Paul Dupré nous ne ferons pas de distinction entre le député et le maire !

 

 

Ha mort el company Salvador Gurucharri

Classé dans : En català — 19 mai, 2014 @ 3:13

        37cntait_travapays

Ha mort el company Salvador Gurucharri

Ahir va morir sobtadament a Girona el company i amic Salvador Gurucharri. Que la terra et sigui lleu company !

Salvador Gurucharri Ochoa (Barcelona, 1936) va ingressar a la secció londinenca de la CNT i la FIJL en 1956, des d’on va establir llaços amb les Joventuts Llibertàries de París. Va participar en el procés de reunificació de la CNT el 1960 i en les fases preparatòries de Defensa Interior. Com a secretari de la Comissió de Relacions de la FIJL participa en la Comissió de Defensa. Va ser detingut el 1963, en una macrobatuda de les autoritats franceses contra mitjans llibertaris, i assignat a vigilància a París, on va integrar la Comissió de Relacions clandestina. El 1965 va marxar a Brussel • les per constituir la Delegació Exterior de la FIJL. Després de la seva tornada a Espanya en 1976 es va situar en el corrent oficial sense participar en el punyent V Congrés.

En els anys noranta milita a la CNT de Catalunya desconfederada. Va dirigir Solidaritat Obrera fins a 1999 i és autor de Bibliografia de l’anarquisme espanyol 1869-1975. Anotacions per a una bibliografia raonada (Barcelona, 2004).

http://cgtcatalunya.cat/spip.php?article10293

Le NPA dans les élections européennes

Classé dans : NPA — 17 mai, 2014 @ 1:02

philippe-poutou-web[1]

Philippe POUTOU conduit la liste du NPA dans notre circonscription, celle du Sud-Ouest

Toute la liste :  http://npa2009.org/node/41127

Réunion publique  avec Philippe Poutou

Mercredi 21 Mai 2014 à 19 h
Perpignan (salle des Libertés 3 rue Edmond-Bartissol)

Pour connaître notre programme et suivre notre campagne :

http://npa2009.org/node/41215

cliquez également sur notre page « Elections européennes » dans la colonne de droite.

Un acte militant avec la belle Aude

Classé dans : Lutte des classes — 16 mai, 2014 @ 10:51

La-Belle-Aude[1]

 De PILPA à la Fabrique du Sud

La solidarité a parfois bon goût. Les 19 salariés qui ont choisi de monter la coopérative « la fabrique du sud » après deux ans de lutte menée avec leur syndicat CGT contre la fermeture de l’usine PILPA de Carcassonne méritent à l’évidence la nôtre ; et c’est d’autant plus motivant que cette solidarité repose d’abord sur la consommation des crèmes glacées produites par la coopérative et commercialisées sous l’étiquette « la belle Aude », un label justifié. Car si nos camarades ont défendu leur dignité et sauvé 19 emplois, seule la réussite commerciale permettra de maintenir ces derniers. Leur démarche prudente en direction des marchés de proximité, à commencer par les grandes surfaces du département (voir en pièce jointe la liste des points de vente) laisse bien augurer du succès.

Voilà plusieurs mois que la fabrication a repris mais c’est avec les beaux jours que la consommation explose. Notre solidarité avec « la fabrique du sud » va pouvoir s’exprimer pleinement, car en plus leurs glaces sont bonnes et de qualité. La coopérative a choisi d’utiliser le lait entier produit dans le département, une attitude à souligner.

 

LA FABRIQUE DU SUD / 75; Rue E.Branly .Z.I La Bouriette .11O00.Carcassonne .

Tel 04.68.72.33.50

Points de vente : fichier pdf Liste des clients de la SCOP La Fabrique Du Sud où trouver nos produits

Marx est de retour (vidéo)

Classé dans : Leçons d'histoire — 16 mai, 2014 @ 10:41

Marx

 

 

 

 

       (série en quatre chapitres Sortie les jeudis du mois de mai)

« Marx est de retour » se passe dans l’Argentine actuelle, traversée par la crise économique. Les ouvriers d’une usine subissent le chômage partiel et des licenciements. Une partie s’organise pour lutter en dépit des dirigeants syndicaux. Parmi eux, Martin, protagoniste de l’histoire, qui se retrouve à lire le Manifeste Communiste et à « rencontrer » Karl Marx, dans une mélange de rêve et de réalité. Les idées révolutionnaires de Marx sur les classes sociales, la crise, l’Etat et le communisme feront ainsi leur apparition dans le récit. L’acteur reconnu Carlos Weber joue le rôle de Marx à côté d’un groupe de jeunes acteurs issus du milieu du théâtre indépendant argentin. L’outil audiovisuel est mis au service de la transmission des idées marxistes et la formation d’une nouvelle génération militante qui se forge dans le réveil en cours du mouvement ouvrier argentin et sous l’influence des organisations de la gauche révolutionnaire. Les quatre épisodes sont en langue espagnole et sous-titrés en français (activation des sous titres sur la barre des tâches de la vidéo)..

Lien direct sur le blog du Courant Communiste Révolutionnaire :  http://www.ccr4.org/Marx-est-de-retour

Haute Vallée : le PCF sous estime le risque Front National

Classé dans : Egalité! — 16 mai, 2014 @ 10:15

àlalune-antiFN-134x90[1]

Le numéro 134 de « Parlons-en ! », le bulletin de mai 2014 des communistes de Limoux, de la Haute-Vallée et du Pays de Sault, s’emploie à minorer l’impact du Front National lors des récentes élections municipales et à enjoliver les résultats du PCF. Ce dernier aspect n’est pas notre propos, même si la politique éclatée du PCF (au premier tour avec le PS comme à Limoux ou Paris, avec une liste autonome du Front de Gauche comme à Quillan, Carcassonne et Narbonne) mériterait une analyse plus poussée.

Mais revenons au Front National. Le parti socialiste, ce n’est pas nouveau, a intérêt à agiter l’épouvantail pour inciter le peuple de gauche a un vote prétendu utile, voire pour justifier un illusoire « Front républicain“ avec la droite. Mais être conscients de cette manoeuvre ne doit pas nous empêcher de comprendre pour mieux la combattre l’influence de l’extrême droite qui s’implante non seulement en France mais aussi dans de nombreux pays d’Europe.

Les municipales ont été un test, même si les comparaisons sont faussées par la forte abstention. La conquête de quelques municipalités par le FN n’est pas une première et comme le rappelle le PCF les expériences précédentes ont toutes tourné en eau de boudin. Les résultats sont contrastés mais confirment des ancrages locaux qui ne reposent plus seulement sur le nom de la cheftaine et de son papa. A Carcassonne la liste du FN obtient 21,9% au premier tour, un score très proche des 22,5% de Marine Le Pen aux présidentielles, alors que celle du Front de Gauche allié aux écologistes est loin des résultats cumulés de Jean-Luc Melenchon et d’Eva Joly. Il y a eu aussi la mauvaise surprise de Trèbes et pas très loin de nous Perpignan et naturellement Béziers, municipalité dirigée jadis par le communiste Paul Balmigère. 

Ces résultats électoraux ne sont qu’un élément. Le Front National s’est présenté dans 596 communes, moins sans doute qu’il ne le souhaitait et quelquefois au prix de falsifications ; mais c’est quand même beaucoup plus que la fois précédente, on le constate d’ailleurs dans l’Aude. Cela veut dire qu’aujourd’hui on s’affiche comme militant ou sympathisant du FN avec beaucoup moins de complexes qu’il y a six ans. Et quand les résultats électoraux sont bons, quand le FN remporte des mairies ou gagne des élus régionaux ou nationaux, il augmente ses moyens financiers et encourage ses supporters.

Il ne faut pas se voiler la face. Aucun coup d’Etat fasciste ne nous menace et le grand capital n’est pas derrière Marine Le Pen, mais les fascistes sont bien présents et la violence ne leur ferait pas peur. On connait leur capacité à exploiter un fait divers local, à s’insérer dans les réactions hostiles à un campement de gens du voyage. Des petits groupes fascistes ont prétendu organiser des milices sécuritaires « contre la racaille » dans le métro parisien. Et même si c’est l’abstention qui domine dans la classe ouvrière, l’influence des idées du FN est suffisamment importante parmi les salariés pour que les organisations syndicales, notamment la CGT, s’en alarment et doivent faire le ménage dans leurs rangs. Il suffit d’ouvrir un peu les oreilles sur nos lieux de travail, dans nos villages et quartiers, pour s’en rendre compte.

Les thèses sur le « vote protestataire » ne doivent pas dissimuler l’inquiétante progression du racisme et notamment de l’islamophobie en France et en Europe. Les dérapages verbaux dans les manifestations contre le mariage homosexuel, le racisme décomplexé qui s’est exprimé contre Christiane Taubira sont de sérieux avertissements. C’est d’abord ça qui doit nous préoccuper. Aucune concession au racisme, qui a été conforté ces dernières années non seulement par Sarkozy et ses ministres, par Manuel Valls et sa politique envers les Rroms, mais aussi par le discours islamophobe d’une certaine gauche « laïque ».

A l’inverse la lutte contre le racisme et toutes les discriminations doit être notre boussole.

S’informer pour mieux lutter :

Brochure syndicale démasquant le prétendu programme social du FN :

https://docs.google.com/file/d/0BxWljzNfEdFhMXAzNm80SmNHRUE/edit?pli=1

Panorama de l’extrême droite en France :

http://lahorde.samizdat.net/2014/04/29/schema-2014-lextreme-droite-mieux-la-connaitre-pour-mieux-la-combattre/

 

Coupe du monde, les Brésiliens ne sont pas à la fête

Classé dans : L'internationale — 13 mai, 2014 @ 7:44

 

Brésil 3

« Faut absolument dire aux Brésiliens qu’ils ont la Coupe du monde, qu’ils sont là pour montrer la beauté de leur pays, leur passion pour le football et que, s’ils peuvent attendre un mois avant de faire des éclats un peu sociaux, ce serait bien pour le Brésil et pour la planète football, quoi. »

Cette phrase malheureuse de Platini condense à la fois l’inquiétude des dirigeants sportifs et politiques à l’égard de la tension sociale montante au Brésil à la veille de la Coupe du Monde et la nostalgie d’un pays qui n’existe plus. Elle véhicule aussi les illusions sur la neutralité du sport de compétition et les « trêves olympiques », comme si le capitalisme n’avait pas mis la main sur ces énormes sources de profit.

Depuis plusieurs mois, les travailleurs et la jeunesse brésiliens ne se retrouvent plus dans cette image de la « beauté » du pays, de la « passion pour le football » et d’un peuple « joyeux ». Les grandes manifestations de juin dernier ont laissé leur marque dans les esprits de toute une génération longtemps anesthésiée par les promesses du « Brésil-puissance ». Le coût économique et social extrêmement élevé de l’évènement sportif est devenu ainsi la cible symbolique de la lutte contre une société profondément injuste. Il a été au centre des mobilisations contre l’augmentation du prix des transports publics et le peuple brésilien met désormais systèmatiquement en balance le coût de l’organisation de la « Copa » avec l’insuffisance des investissements dans le domaine de la santé, de l’enseignement et du logement.

José Afonso, Raimundo Nonato, Fábio Luiz, Ronaldo, Marcleudo, José Antônio, Antônio José et Fabio Hamilton aimaient très probablement le foot. Et pourtant ils ne pourront pas assister à la Coupe du Monde car ils sont tous morts victimes des conditions de travail inhumaines dans les travaux de construction des stades et d’infrastructures. L’évènement sportif aura aussi certainement un goût amer pour les 170 000 familles expulsées de leurs logements au profit de ces mêmes travaux.  C’est aussi le cas pour les familles et des amis de l’ouvrier du bâtiment Amarildo et du danseur Douglas, assassinés brutalement et devenus des symboles de la violence policière dans les favelas « pacifiées ». Le fait nouveau c’est que dans un pays où jusqu’à présent la police tuait des jeunes et des travailleurs pauvres en toute impunité, des mobilisations aient eu lieu, jusqu’à imposer une véritable enquête et l’arrestation des responsables.

Mais les changements en cours au « pays du foot » ne s’arrêtent pas là. Une succession de grèves a mis à mal la construction par GDF-Suez du barrage de Jirau dans la région amazonienne, donnant les premiers signes que la classe ouvrière brésilienne commençait à lever sa tête. Des journées de travail de plus de quinze heures, des morts victimes du manque d’assistance médicale, la violence morale et physique des contremaîtres avaient déclenché des véritables émeutes. Plus en général, toutes les statistiques montrent une augmentation considérable du nombre de grèves depuis 2012. Le dernier exemple de ce « réveil ouvrier » a été la grève victorieuse des balayeurs de Rio qui ont saisi le moment du Carnaval pour imposer l’ensemble de leurs revendications. C’est évidemment un scénario de ce type que fait peur aussi bien aux dirigeants de la FIFA qu’au gouvernement brésilien.

Un appel à des manifestations de solidarité internationale est lancé, notamment pour le jour de l’ouverture de la Coupe du Monde, le 12 juin.

Deux liens avec la gauche brésilienne  (pour les lusophones) : 

http://www.pstu.org.br/  et  http://www.psol50.org.br/site/home

 

Le 1° mai à Conques avec Gérard Filoche

Classé dans : Lutte des classes — 13 mai, 2014 @ 11:53

Gérard-Filoche-Toulouse-597x395[1]

 

 

 

 

     L’UD CGT de l’Aude a eu l’heureuse idée d’inviter au rassemblement festif de Conques, l’après-midi du 1° mai, Gérard Filoche, inspecteur du travail aujourd’hui en retraite, militant à la CGT et… au Parti Socialiste. Il va de soi que nous ne partageons pas cet engagement politique ; notamment celles et ceux d’entre nous qui ont milité avec Gérard à la LCR, dont il fut longtemps un des dirigeants sous le pseudonyme de Matti, n’ont toujours pas compris son choix et celui d’autres camarades de rejoindre en juillet 1994 un PS déjà bien compromis et qu’il s’emploie vainement depuis à redresser. Mais c’est son choix, et nous portons à son crédit que Gérard n’a rien d’un carriériste ni d’un repenti. C’est une sacrée différence avec d’autres transfuges de l’extrême gauche, tels Jean-Christophe Cambadélis, Henri Weber ou Julien Dray, sans compter ceux qui ayant rejoint le PS pour y faire de l’entrisme ont, comme Lionel Jospin, trouvé la soupe meilleure dans leur grande maison d’accueil que dans leur petite organisation trotskiste.

Mais c’est Gérard Filoche le syndicaliste, l’inspecteur du travail prenant à cœur sa mission de défense des droits des salariés, celui qui fut poursuivi en justice par des patrons mécontents et menacé de sanctions par une ministre du travail qui – ironie de la vie – appartenait comme lui au PS, que nous avons entendu à Conques. Plus de 150 militant(e)s ont assisté à un exposé d’une heure que personne n’a trouvé trop long tant il fut à la fois passionné et pédagogique, avec des formules qui faisaient mouche (Qui paie ses dettes enrichit les banquiers) suivi d’un débat malheureusement trop bref. Véhément critique de l’ANI, de la casse des retraites et des attaques contre la sécurité sociale, Gérard Filoche a appelé à se mobiliser contre le pacte de responsabilité et les cadeaux au patronat ; en fait pas grand chose dans la politique de Hollande ne trouve grâce à ses yeux. Mais s’il appelle de ses vœux un grand mouvement social force est de constater que les solutions qu’il préconise, notamment en terme d’issue politique, relèvent d’un réformisme assez classique enrichi d’une tonalité radicale ; rien de surprenant à ce que ce discours séduise les partisans du Front de Gauche qui occupe aujourd’hui sur l’échiquier politique cette case délaissée par un PS totalement acquis au libéralisme.

Pas de raison pour autant de bouder notre plaisir d’avoir vu et entendu Gérard au mieux de sa forme dans ce débat cordial entre militants organisé par l’UD CGT. C’est pourquoi, tout en lui laissant l’entière responsabilité de ce qu’il écrit, nous vous proposons de visiter le blog de Démocratie et Socialisme, l revue qu’il anime. Le lien suivant permet d’accéder à la vidéo de sa conférence sur l’ANI : http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article2812

Les fonctionnaires ont fait grève le 15 mai

Classé dans : Lutte des classes — 13 mai, 2014 @ 10:29

Manif003

« Je sais ce que nous devons à nos fonctionnaires, si essentiels à la vie de ce pays. Chaque jour, ils agissent avec dévouement et sens du service public. Mais la situation nous oblige à leur demander de contribuer à l’effort commun. Nous confirmons le gel du point d’indice. »

Manuel VALLS a été on ne peut plus clair, pas d’augmentation de la valeur du point d’indice en 2015, et si le gouvernement a précisé que les règles d’avancement dans la fonction publique de l’Etat seront préservées, répondant ainsi aux inquiétudes consécutives aux déclarations de l’ancien ministre Vincent PEILLON, les gains liés à l’avancement d’échelon compenseront à peine les pertes liées au gel du point… pour celles et ceux qui en bénéficieront. On constate par ailleurs que plus en plus de fonctionnaires, bien qu’ayant toutes leurs annuités partent en retraite sans avoir atteint au moins le dernier grade de leur corps, avec bien sûr une incidence négative sur leur pension (dont le montant n’augmente pas, diminue en fait en raison de l’inflation et de nouvelles cotisations puisque le retraité ne change pas d’échelon).

Le blocage des rémunérations et les autres restrictions sur les budgets des administrations, qui doivent générer selon le premier ministre 19 milliards d’économie pour la seule fonction publique de l’Etat, contribueront-elles au moins à créer des emplois, permettant de mieux assurer les missions de service public et de faire reculer le chômage ? Que nenni. La MAP (modernisation de l’action publique) s’inscrit dans la continuité des politiques précédentes axées sur la réduction des effectifs, fermant ainsi aux jeunes la possibilité d’accéder aux emplois publics, aggravant les conditions de travail des personnels en poste et se traduisant de plus en plus souvent par l’abandon de missions.

Le gouvernement adhère pleinement au dogmatisme libéral qui règne en maître dans toute l’Europe : moins d’emplois publics, donc des économies budgétaires qui permettent d’alléger la fiscalité et les cotisations sociales des entreprises privées, institutions vertueuses qui en remerciement de ces cadeaux vont créer des millions d’emplois. Naturellement l’opposition de droite n’est pas en reste, elle qui boufferait volontiers du fonctionnaire à chaque repas et incite le gouvernement à aller plus vite et plus loin dans la destruction d’emplois. Qu’importe si ces politiques, en œuvre depuis plusieurs années dans toute l’Europe, n’ont eu aucun effet positif sur l’économie réelle et partant sur l’emploi ; banquiers et actionnaires se portent bien, c’est l’essentiel. Pour le reste pleuvent chaque jour des annonces de nouveaux licenciements !

Quant aux appels vibrants aux fonctionnaires bien aimés pour qu’ils prennent sans rechigner leur part du fardeau et contribuent au « redressement des comptes publics », ils résistent mal à la réalité de ces chefs d’entreprises, au premier rang desquels le président du MEDEF, qui n’ont aucun scrupule à augmenter considérablement leur propre rémunération.

Alors oui, il faut mettre un coup d’arrêt aux politiques « anti-publiques ». Il se dit que le gouvernement pourrait hésiter à aller à l’affrontement avec les agents publics qui constituent une part importante de sa base électorale ; raison de plus pour ne pas se montrer timorés, la grève et les manifestations du 15 mai ont été bien suivi, même si c’est encore insuffisant et si ça ne doit être qu’un début. Ce sont autant d’avertissements infligés au pouvoir en place. Et ça n’est pas un mouvement égoïste des fonctionnaires. S’il est vrai qu’ils peuvent encore syndiquer et faire grève sans risquer le licenciement, ils doivent mettre cette capacité de résistance au service de tous les salariés, celles et ceux qui subissent l’austérité dans les entreprises, sous la menace du chômage, sans adhérer pour autant au mensonge sans fois martelé des « sacrifices indispensables ». Tout comme ils doivent aux jeunes – et nous en avons tous dans notre entourage – que le tarissement des recrutements sur des emplois statutaires condamne au chômage et à la précarité.

La lliuta de Panrico (Girona)

Classé dans : En català — 13 mai, 2014 @ 8:02

36afffai_libertat 

La vaga de Panrico, de més de 6 mesos, ja és la més llarga a Catalunya des de la República.

Però la importància d’aquesta lluita va més enllà d’això. La vaga de Panrico arriba després d’uns anys d’acomiadaments massius, de pèrdues salarials brutals, de retrocessos i més retrocessos… i amb una política de les direccions sindicals majoritàries basada en el “no hi ha res a fer”, i el “cal pactar el mal menor”. I el mal menor d’avui no és sinó un de més gran demà. Més del 95% dels acomiadaments per ERO han estat pactats. Les reformes laborals –moltes d’elles també pactades, o sense mobilitzacions decidides- han definit un panorama d’impunitat empresarial, de prepotència, d’actuacions directament mafioses. Gila, el representant de l’empresa, es permet no només no seure a negociar sinó passar a l’insult groller acusant de possibles enverinadors als treballador/es en vaga. Però els treballadors/ es de Panrico han dit prou! S’aixequen contra un pla d’acomiadaments massius a la planta de Sta. Perpètua i de la retallada salarial als pocs que quedin.

Responen: 0 acomiadaments, 0 rebaixes.

Actualisé le 20 mai, lire : http://revoltaglobal.cat/spip.php?article6021

12345
 

Blog du niveau intermédiaire |
ALG- Officiel |
Lerenouveaudebreuilpont |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | GRAND DEBT AUDO
| Perjalanana8
| Turlupinade